Anectode racontée par Georges ECKENFELDER à propos du départ des Français pour la première Guerre Mondiale

Je vous avais parlé des circonstances par lesquels, mon père et d'autres français de la région de TROCHU, sont partis pour la guerre de 1914.

Je n'ai pas trouvé parmi les lettres de mes parents une allusion à cet événement, mais dans une lettre de mon père, écrite à ma mère, de Québec, il énumère ses compagnons de voyage ainsi: Xavier de BEAUDRAP, Edgar PAPILLARD, François de ROUSSY de SALES ( époux d'Odette BUTRUILLE ), François FIGAROL, Raymond FIGAROL ( frères de ma mère, demeurants à LEO, à 100Kms à l'Est de TROCHU ).

Ils sont partis de Québec, à bord du paquebot " Calgarian ", le 13 Août, c'est à dire dix jours après la déclaration de guerre.

" Ce qui ensuite m'a été raconté par ma mère "

A cette époque il n'y avait qu'un train par semaine sur la nouvelle ligne du Grand Trunk Pacific, passant par TROCHU, et les trains de voyageurs sur le Canadian Pacific à OLD, n'étaient guère plus fréquents. Le Gouvernement Français avait organisé un vaisseau de transport pour rapatrier les français d'Amérique et certains de ceux de TROCHU, parmi eux, François de TORQUAT, ont choisis de prendre ce bateau qui partait de New York, à une date indéterminée.

Mon père et ses compagnons dans leur hâte d'arriver en France, ont songes à un moyen plus rapide et ont trouvés que le " Calgarian ", un grand paquebot neuf et rapide partant de Québec le 13 Août, serait la solution idéale.

Comme le service de chemin de fer n'aurait pas rendu possible la correspondance à Québec, ils ont eu recours à l'influence d'Armand TROCHU. TROCHU connaissait Lord Thomas SHAUGHNESSY, Président du Canadian Pacific (CPR) et il lui a télégraphié, demandant qu'un train spécial soit mis à la disposition de ces français. SHAUGHNESSY (1) était un homme d'action, un simple comptable d'origine américaine qui, par son intelligence et sa vigueur, était monté grade par grade jusqu'à la Présidence du chemin de fer, et avait aussi décroché un titre de baron. Il ne tarda pas. TROCHU reçu un mot, comme quoi, une locomotive et un wagon seraient en gare à OLD et ferait la correspondance avec le transcontinental à CALGARY.

D'après mes calculs, cela devait être entre le 5 et le 8 Août, je n'avais que quatre ans mais j'ai un très vague souvenir de mon père partant en voiture de notre maison de TROCHU. Ceux qui sont partis avec lui, sont tous revenus après la guerre; de TORQUAT a été tué en 1915.

Nous avons rencontré ses deux fils durant cette commémoration.

(1) Président de 1899 à 1918

Thomas SHAUGHNESSY

(((((1) Président de 1899 à 1918