Georges PLUYETTE (junior)

1890-1975

Né à Nantes, le 6 mars 1890. Fils de Georges Pluyette, ingénieur général du génie maritime, paroissien de Saint-Etienne du Mont à Paris, tertiaire franciscain, et de Berthe Trochu.

Il commence ses études primaires au collège Notre-Dame de Bon secours à Brest, puis à l'externat Saint-Maurille d'Angers.

Comme il était de coutume à cette époque, ses parents lui font prendre des cours de violon; instrument qu'il a tendance à délaisser au profit de la lecture et pour une autre passion, la photographie. A ce sujet, nous lui devons une quantité de prises de vues conservées encore de nos jours dans la famille; thèmes multiples dont: Belle-ile-en Mer, Noirmoutier, Biarritz, Argelès, Bordeaux, Paris etc...

Dans son journal intitulé: "Second voyage autour de ma chambre". Voici ses paroles:

" Dans bien des années, quand je serai un vieillard et un vieux grand père, si telle est la volonté de Dieu, de blonds petits enfants me demanderont peut-être, avec des étonnements naïfs, quelles sont ces personnes, jeunes ou âgées, que je semble tant connaître, quels sont ces jeunes gens, ces jeunes Jules aux costumes surannés et un peu grotesques, que je considère en pleurant... Que répondrai-je alors? Que sont devenus mes parents, mes amis, mes frères, ma petite soeur, alors que je ne serai plus qu'une pauvre épave usée, dernier débris de temps qui seront depuis longtemps passés dans l'histoire".

Au cours de l'année 1916, par une lettre écrite à ses frères, il les informent qu'il vient d'avoir la vocation et qu'il souhaite entrer au séminaire, mais il précise qu'il a quelques inquiétudes par rapport à ses connaissances en latin qu'il trouve trop sommaires.

Il entre au séminaire Saint-Sulpice à Issy Les Moulineaux

Tonsuré le 29 mai 1920.

Reçois les premiers ordres mineurs (portier et lecteur) le 21 mai 1921 en la chapelle du séminaire.

Reçois les seconds ordres mineurs (exorciste et acolyte) le 23 décembre 1922 en l'église Saint-Sulpice de Paris.

Prononce ses vœux temporaires (par une profession religieuse, il devient donc profès temporaire) le 29 novembre 1922, dans la congrégation des Fils de La Charité pour une durée de trois ans, puis ses vœux définitifs (devient profès solennel ou perpétuel) le 23 novembre 1925.

Ordonné sous-diacre le 29 juin 1923 en l'église Saint-Sulpice de Paris.

Ordonné diacre le 22 juillet 1923 à Notre-Dame de Paris.

Ordonné prêtre le 30 septembre 1923 en la chapelle du séminaire, par le cardinal Dubois, archevêque de Paris.

A la retraite depuis 1969 à la Maison Saint-Joseph de la congrégation des Fils de La Charité, à Issy Les Moulineaux (92), il y décède le dimanche 20 avril 1975, à l'âge de 85 ans.

NOMINATIONS
PARIS NDE
1924 à 1926
N-D de l'Espérance, Paris XI°
CLICHY NDA
1927 à 1929
N-D Auxiliatrice (vicaire)
CLICHY SVP
1930 à 1931
Saint-Vincent de Paul (second vicaire)
KREMLIN CA
1931 à 1935
Saint-Curé d'Ars (administrateur de la chapelle)
VITRY NDN
1935 à 1936
N-D de Nazareth (premier curé)
CLICHY SVP
1936 à 1946
Saint-Vincent de Paul (curé)
PARIS BP
1946 à 1959
Bon Pasteur, Paris XI° (curé)
PARIS 15
1959 à 1969
Filles de la Croix, rue de Vaugirard (aumonier)
ISSY SJ
1969 à 1975
retraite à la congrégation des Fils de La Charité
     
     

 

Noirmoutier 1961-Baptême du Moana
Versailles 1969- Mariage de Patrick Fruchaud & d'Axelle Roquette

 

Nous garderons de notre oncle le souvenir d'un homme intègre dans ses principes, parfois avec un certain humour subtil qui était propre à lui-même.

sources: Communauté Fils de la Charité Saint-Joseph à Issy les Moulineaux (RP. Michel Bailly) & Archives du diocèse de Paris (RP. Philippe Ploix)

 

Précisions de Louis-Damien Fruchaud :

Dans l'histoire de l'Eglise, on a, pendant très longtemps, fait une distinction, parmi le sacrement de l'Ordre, entre les Ordres majeurs et les Ordres mineurs, qui formaient une hiérarchie de 7 étapes conduisant au sacerdoce (le fait d'être prêtre) puis, ultimement pour certains, à l'épiscopat (le fait d'être évêque). A l'époque de Georges Pluyette, le futur prêtre passait donc d'abord par les 4 ordres mineurs : on était successivement portier, lecteur, exorciste puis acolyte. Puis il passait par les 4 ordres majeurs : on était successivement sous-diacre, diacre puis prêtre, et, éventuellement, évêque.

C'est lors de l'ordination au sous-diaconat que le futur prêtre s'engageait au célibat et à la prière du bréviaire. On considérait aussi, à l'époque de Georges Pluyette, que dès la tonsure (qui marque l'entrée au séminaire ou au noviciat), on devenait clerc, c'est-à-dire qu'on n'était plus laïc. Aujourd'hui, on ne devient pas clerc avant le diaconat.

Ces ordres remontent à la plus haute antiquité de l'Eglise : dès le IIIème siècle, on a des preuves qu'existait cette hiérarchie de 8 classes dans l'unique sacrement de l'Ordre (c'est-à-dire le sacrement qui marque une personne pour être ministre de l'Eglise, quoique régulièrement on a pensé, et notamment aujourd'hui on considère, que seuls le diaconat, le presbytérat et l'épiscopat sont un sacrement, pas les ordres mineurs et le sous-diaconat). Cependant, le 15 Août 1972, dans la lignée des réformes voulues par le Concile Vatican II, le pape Paul VI abrogeait les ordres mineurs et le sous-diaconat par le Motu proprio Ministeria quaedam.

Tout ceci relève de la formation sacerdotale. Mais Georges Pluyette, en entrant chez les Fils de la Charité, devenait aussi un religieux. La formation religieuse se faisait en trois étapes : d'abord un noviciat (d'au moins deux ans), à l'issue duquel on prononçait, lors d'une cérémonie de profession religieuse, des vœux temporaires (n'engageant que pour un temps limité, généralement trois ans). A la fin de la période couverte par les vœux temporaires, le profès (celui qui a fait profession) prononçait des vœux définitifs, s'engageant dans la vie religieuse dans une congrégation spécifique pour le restant de sa vie. Les vœux, tant temporaires que définitifs, étaient et sont encore au nombre de trois : vœux de chasteté, de pauvreté et d'obéissance.

son père

Vous pouvez acquérir son album photo (cliquez sur la couverture du livre)